Aucun événement à venir pour le moment
 

LA VIE ASSOCIATIVE

Faire partie de l'équipe

 
49627742_382780752508042_219293532409351

NOS VENTES DE GÂTEAUX

À travers cette initiative, notre but est de financer la sortie annuelle avec les enfants du pôle Scola. C'est aussi l'occasion pour nos membres de se mettre aux fourneaux pour produire les meilleurs mets culinaires.

NOS VOYAGES

L'association tâche d'organiser un voyage pour ses membres chaque année. Cela nous permet de passer de bons moments prolongés les uns avec les autres mais aussi de découvrir de nouvelles cultures. 


En 2018 nous avons été à Franckfort, et en 2019 à Bruxelles.

IMG_0337.JPG
blm98-7xylj.jpg

LES SORTIES

Nous nous retrouvons régulièrement pour partager des moments ensemble au cinéma, au musée, au restaurant ou encore
chez l'un.e. d'entre nous.
C'est l'occasion de  mieux nous connaître et d'entretenir la cohésion de groupe.
Plus que des bénévoles oeuvrant ensemble, nous sommes aussi une grande famille qui entretient des liens forts. 

Rechercher

"Green Boys", une rencontre touchante entre Alhassane, un jeune réfugié, et Louka

« Green Boys » est un documentaire d’Ariane Doublet rempli d’émotions et d’humanité, une heure hors du temps qui nous plonge dans le récit douloureux d’une quête fragile pour une vie meilleure.


Alhassane est un Guinéen de 17 ans qui a tout laissé derrière lui dans l’espoir d’un avenir plus radieux. Après son long périple qu’il raconte au fur et à mesure du documentaire, il se retrouve en Normandie, accueilli chez une famille de Français. C’est là qu’il rencontre le jeune Louka, un adolescent de 13 ans avec qui il se met à partager de nombreux moments d’amitié pleins de douceur et de sincérité.


Au milieu des champs et des arbres, dans un silence apaisant que la nature impose, entre un concours de dribbles improvisé et la construction d’une cabane traditionnelle, on se met à sourire naturellement et à ressentir une joie profonde qui s’éveille en nous. Car cette relation entre Louka et Alhassane c’est une démonstration tout en douceur de la tolérance des cœurs et de la maturité des âmes : si nous n’avons pas toujours les mots pour réconforter, nous avons toujours des oreilles à tendre, une attention à donner. Personne ne prend l'autre de haut, et chacun a des choses à apprendre dans cette relation.


Ce qu’on en tire comme leçon : Il est important de faire l’effort de prise de conscience de ce par quoi les réfugiés sont passés pour arriver où ils en sont aujourd’hui. Au lieu de redouter la confrontation avec l’inconnu, il faut savoir apprécier l’échange avec l’étranger, l’échange avec l’humanité. Finalement nous sommes tous portés par des valeurs profondes communes, et oui on se ressemble bien plus que l’on ne pourrait le croire. Tendez la main à autrui, ouvrez votre cœur et profitez du bonheur que la diversité nous offre.


Un peu d’actualité sur les réfugiés en France : Depuis 2015, plus de 480 000 personnes ont demandé l’asile en France et près de 150 000 l’ont obtenu. Cette situation constitue une pression majeure pour l’Etat, en matière d’hébergement. Malgré un doublement, sur cette période, des capacités d’accueil des demandeurs d’asile (107 000 places aujourd’hui), celles-ci sont insuffisantes et la moitié des demandeurs se retrouvent sans prise en charge. La problématique est particulièrement aigüe en Ile-de-France où près d’un demandeur d’asile sur deux se trouve, mais où seulement 20 % des places d’hébergement leur sont réservées. En bout de chaîne, le phénomène se répète pour une partie de ceux qui obtiennent l’asile, mais peinent à se loger. « C’est un problème majeur », considère Didier Leschi, directeur de l’Office français d’immigration et d’intégration (OFII) (source Le Monde).


Initiatives possibles: Par des dons à des ONG ou des engagements bénévoles dans l’accompagnement des réfugiés (aide à l’apprentissage du français par exemple pour faciliter la réinsertion professionnelle et la recherche d’un appartement notamment) il existe plusieurs moyens pour apporter de l’aide et du soutien à ces personnes qui ont déjà tant enduré. S'informer et s'ouvrir à la cause des réfugiés est aussi une manière essentielle de préparer leur accueil, de casser certains mythes, d'éviter les amalgames et d'ouvrir les yeux sur leurs parcours douloureux.


Karim Bennoura Bouchiba